Vivre dans le désert

Nous l’avions traversé il y a six années au Maroc et Mauritanie. Aujourd’hui, nous le retrouvons et nous allons y vivre. Il y a une décennie notre quartier n’était qu’un vaste désert. Les parcelles non construites en attestent.

Ou encore cette vue satellite.

La verdure est apportée par le Nil, dés qu’on s’en éloigne : le désert

Afin que la vie soit possible  un système de distribution d’eau a été mis en place. Cet apport  permet également d’avoir des espaces verts, rendant la vie plus agréable. Une herbe bien verte, arrosée la nuit comme en pleine journée.

Les jardiniers français peuvent être jaloux en cette fin d’Eté.

A la différence des pays du golfe, l’Egypte a la chance d’avoir le Nil comme source d’eau douce. En Arabie Saoudite  par exemple, l’eau provient de la mer après un traitement de dessalement onéreux.  Dans cette pétromonarchie le litre d’eau consommable y est même plus cher que le litre d’essence!

L’expansion dans le désert est la conséquence de l’explosion démographique. Peuplé de près de 96 millions d’habitants aujourd’hui, l’Egypte en comptait pratiquement deux fois moins en 1980. Le défi du logement est colossal dans un pays où uniquement 3,5% de la surface est cultivable.

Laisser un commentaire