Un week-end au Monastère d’ Anafora

A seulement 1h30 des embouteillages du Caire, il existe une oasis de nature et de paix, protégée par une communauté de religieuses coptes orthodoxes.

Lieu de vie, de prière et d’accueil, Anafora est  ouvert à tous, chrétiens comme musulmans.

Hasard de circonstances, le jour où nous découvrons ce lieu, un article parait dans le journal Ouest France pour saluer cette initiative pour la Paix, dans un pays marqué par les conflits religieux.

Les enfants sont plus intéressés par l’observation des autruches, ânes, lapins et buffles d’eau que par les temps de prières qui rythment le quotidien des Soeurs et auxquels chacun est libre de participer ou non.

Mais peu importe, le calme des lieux et la bonté de Soeur Theodora sont un vrai message de paix!

C’est dans la grande bibliothèque d’Anafora, que nous faisons la connaissance de Catherine, qui depuis 20 ans, donne de son temps pour l’association qui soutient les Soeurs et le Père Thomas, fondateur du lieu.

L’association aide à la gestion de cette communauté de vie: les Soeurs, les retraitants, les gens de passage et les enfants déscolarisés accueillis régulièrement pour des séjours éducatifs.

Les repas partagés au réfectoire sont l’occasion de croiser des Français, des Américains ou des Scandinaves, venus pour des séjours plus ou moins longs, en volontariat ou pour une retraite.

Laisser un commentaire