La livre egyptienne

Elle est la monnaie officielle de l’Égypte, bien qu’un grand nombre de monnaies, notamment le dollar américain, la livre sterling et l’euro, soient en circulation sur le territoire. En effet, une grande part de l’activité économique du pays est liée au tourisme international.

Un euro équivaut à environ 20 livres, le billet qui a la plus grande valeur est celui de 200 livres egyptiennes, soit 10€.

Les paiements se font essentiellement en liquide, il faut donc se balader avec les poches bien remplies.

Pour payer notre loyer d’environ 600€ il faut une jolie petite liasse de billets soit au minimum 65 billets de 200 livres.

Direction l’ambassade

Première rencontre avec le Nil aujourd’hui. L’objectif est d’aller à l’ambassade afin de s’inscrire sur les listes consulaires. Elle est sur les bords du plus long fleuve du monde. De New Cairo il faut compter une bonne demi-heure s’il n’y a pas de problème de circulation… 

Découverte avec le centre de la ville la plus embouteillée du monde parait-il…

L’ambassade de France est bien gardée, des protections en béton de plusieurs mètres sont même sur le trottoir.

Les policiers égyptiens qui en assurent la garde ont leurs guérites aux couleurs de notre pays! Ambiance coupe du monde dans les rues du Caire.

Finalement la sortie aura été un échec. En effet, il manque des documents pour que notre dossier de demande d’inscription sur les listes consulaires soit complet. Retour au bercail en passant devant l’ambassade du Kazakhstan qui est au bout de note rue, elle un peu moins surveillée!

 

Nouvelle Capitale

Nous l’avions déjà évoqué dans la rubrique « A propos de l’Egypte », le projet de la Nouvelle Capitale se précise.

Les journalistes français ont largement relayé l’information de ce chantier pharaonique. Voici un autre reportage, produit cette fois-ci par France 24:

Dans notre quartier, situé à mi distance entre le Nil et la future capitale, sur les grands axes, on trouve des grands panneaux de publicité vantant ce projet en cours.

On encourage dés à présent les Egyptiens à en prendre le chemin.

Le paradoxe est que dans notre quartier qui date d’une dizaine d’années, il y a bien un quart  des maisons qui ne soient terminées…

Palais en attente de finitions

Kamel nous explique que certains propriétaires les termineront  quand ils en auront le besoin. Ou encore ils les vendront non terminées en pariant sur un envol de l’immobilier.

Comme le montre cette simulation vue du ciel, d’ici quelques années l’aire urbaine du Caire s’étendra sur plus de 100 kilomètres de long.

Il faut voir grand, en 2050 d’après les prévisions les Egyptiens seront 150 millions!

Pour Comparaison en nombre d’habitants :

-En 1980 : Egypte : 44 millions / France :  55 millions

-Aujourd’hui : Egypte : 96 millions / France : 67 millions 

-Prévisions pour 2050 : Egypte : 150 millions / France : 74 millions

Le Machrek

L’Egypte fait partie du Machrek et non du Maghreb comme on pourrait  le penser. Ce sont deux mots arabes, le premier signifiant « Levant » et « Couchant » pour le second.

Les pays du « Levant » (vert foncé) sont logiquement à l’Est alors que ceux du « Couchant » (vert clair) sont à l’Ouest.

Si nous voulions être plus précis, nous devrions prendre en compte le fait que la Libye fait à la fois partie de chacun de ces deux ensembles. 

 

Vivre dans le désert

Nous l’avions traversé il y a six années au Maroc et Mauritanie. Aujourd’hui, nous le retrouvons et nous allons y vivre. Il y a une décennie notre quartier n’était qu’un vaste désert. Les parcelles non construites en attestent.

Ou encore cette vue satellite.

La verdure est apportée par le Nil, dés qu’on s’en éloigne : le désert

Afin que la vie soit possible  un système de distribution d’eau a été mis en place. Cet apport  permet également d’avoir des espaces verts, rendant la vie plus agréable. Une herbe bien verte, arrosée la nuit comme en pleine journée.

Les jardiniers français peuvent être jaloux en cette fin d’Eté.

A la différence des pays du golfe, l’Egypte a la chance d’avoir le Nil comme source d’eau douce. En Arabie Saoudite  par exemple, l’eau provient de la mer après un traitement de dessalement onéreux.  Dans cette pétromonarchie le litre d’eau consommable y est même plus cher que le litre d’essence!

L’expansion dans le désert est la conséquence de l’explosion démographique. Peuplé de près de 96 millions d’habitants aujourd’hui, l’Egypte en comptait pratiquement deux fois moins en 1980. Le défi du logement est colossal dans un pays où uniquement 3,5% de la surface est cultivable.

Aid El Kebir ou fête du sacrifice

C’est le grand jour, c’est la fête du sacrifice à la résidence. Deux vaches arrivent dans un petit camion.

L’Aïd el-Kebir ou l’Aïd al-Adha , signifiant « la grande fête »  est la plus importante des fêtes islamiques. Elle est appelée Tabaski dans les pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale ayant une importante communauté musulmane. Elle marque chaque année la fin du hajj.

Voici une vidéo (un peu vieillissante) expliquant le sens et la signification de ce sacrifice:

Les deux vaches sont sacrifiées à l’arrière de la résidence (petite différence avec notre pays). Puis le boucher découpe la viande et la partage.

Ils sont cinq à avoir acheté chaque bête. Chaque pièce de viande est pesée soigneusement devant les acheteurs afin que le partage soit équitable.

Le boucher utilise toute sa panoplie d’ustensiles pour préparer des steaks, des entrecôtes… sous les yeux de tous.

Selon la tradition musulmane,  chaque croyant partagera ensuite la viande de la façon suivante, un tiers sera donné en aumône aux nécessiteux, un second aux amis et voisins et enfin le dernier tiers sera gardé pour sa consommation personnelle.

Comme pour l’Aïd el-Fitr (fête de la fin du Ramadan) le partage est prôné.

Le hajj

En ce moment c’est le Hajj en Arabie Saoudite qui rassemble plusieurs millions de musulmans du monde entier à La Mecque. Ce pèlerinage de 5 jours fait partie des 5 piliers de l’islam. 

Hier, deuxième jour du pélerinage, les pélerins étaient au Mont Arafat à quelques kilomètres de La Mecque. C’est la colline sur laquelle Mahomet a donné son sermon d’adieu aux musulmans. Voici un reportage de la télévision malienne sur l’événement.

Ici au Caire, toutes les télés retransmettaient cet événement, la ville etait très calme; les administrations  fermées, pas l’idéal quand on est cours d’installation…

Chaque famille se prépare à la fête du sacrifice. Dans notre quartier des moutons vont même paître dans les espaces verts en attendant l’issue qui leur sera fatale!

 

Il va falloir s’y mettre

L’arabe est la langue officielle en Egypte. L’anglais y est parlé par un certain nombre d’égyptiens. Cependant à la différence du Maroc pour les prix, les chiffres arabes sont plus utilisés. Sauf si l’on fait les courses à Carrefour ou à Ikea ou le double étiquetage y est pratiqué, dans la plupart des magasins on se retrouve confronté à cela.

De même quand il faut faire le relevé des compteurs de gaz et électricité lors de l’état des lieux de l’appartement…

Il va falloir se rappeler aux bons souvenirs scouts des jeux de piste et déchiffrer le message à l’aide du code.

Ou encore prendre des cours d’arabe ….

Bien arrivé!

Après le brouhaha et la lenteur des contrôles à l’aéroport, l’arrivée est plus calme à New Cairo où nous allons vivre et travailler.

C’est un quartier récent, par ci par là de nouvelles constructions s’élèvent. Le quadrillage des routes est relativement simple, de grandes artères à 3 ou 4 voies ceinturent un réseau secondaire de petites rues dont la nôtre.

Dans notre rue

On retrouve des ambassades notamment celle du Kazakstan à une centaine de mètres de notre logement.

Notre appartement composé de trois chambres se situe au rez de chaussée d’une résidence de trois étages. 

Notre résidence

Les propriétaires un couple d’une soixante d’années habitent l’appartement du dernier étage qui a un accès à la terrasse d’où l’on peut admirer les alentours.

La remise des clefs de l’appartement s’accompagne de la signature du bail de location, comme le veut l’habitude. 

Le moment fut un peu cocasse, car Imed notre agent immobilier bien qu’arabophone  est moins à l’aise pour la lecture… C’est donc le propriétaire qui s’est assuré de la traduction en anglais. Il semblerait que la confiance soit de mise au pays des pharaons.